Ça y est ! Enfin ! Après des heures d’apprentissage du code de la route suivies par des heures de pratique au volant, vous avez enfin obtenus votre examen de conduite tant convoité. Vous voici titulaire du permis de conduire et vous pouvez donc légalement conduire une voiture. Toutefois, vous êtes en possession d’un permis probatoire. Cette durée en tant qu’apprenti conducteur il y a des éléments sur lesquels il faut particulièrement faire attention. Ces éléments vous sont dévoilés dans cet article.

Le choix de son assurance

Il est interdit de rouler sans avoir souscrit à une assurance auto. En effet, cette dernière est obligatoire pour la simple et bonne raison qu’elle protège contre tous les types dommages. Leurs montants sont généralement plus élevés pour le détenteur d’un permis probatoire que pour un conducteur dit « confirmé ».

Cependant, il existe quelques techniques qui permettent de payer moins cher notamment en commençant par se rajouter en conducteur secondaire sur l’assurance de ses parents. Ce statut permet de contrôler le coût global de l’assurance en utilisant l’ancienneté et le capital confiance qu’ont acquis les parents.

Les limitations de vitesse

Tout comme le montant mensuel de l’assurance, en tant que jeune conducteur, les limitations de vitesses appliquées ne sont pas les mêmes entre les apprentis et les conducteurs hors période probatoire.

Ainsi, pour l’autoroute au lieu de 130 km/h, la vitesse est limitée à 110 km/h et pour une deux voies séparée par une terre plein central 100 km/h au lieu de 110 km/h. Sur les autres types de routes, la limitation est à 80 km/h et rien ne change pour les agglomérations (toujours à 50 km/h). Ces limitations sont à prendre en compte pour éviter les pertes de points rapides sur un permis à 6 points.

Ne pas oublier son A

Vous êtes apprentis et les autres automobilistes doivent le savoir, c’est pourquoi la mention du A est considérée comme obligatoire. L’affichage du A rend ceux qui vous suivent plus indulgents vis-à-vis des possibles erreurs de conduite. Ils sont aussi moins enclins à coller et donc mettent moins de pression sur l’automobiliste.

Pour une conduite sans le signe A apposé sur le véhicule, le contrevenant risque une amende de 2ème classe (entre 35 et 150€) sans perte de point.

L’alcool au volant

En raison du taux d’accident des 18-25 ans relevé par le site officiel de la sécurité routière, le taux d’alcool au volant a été abaissé à 0,2 gramme par litre dans le sang pour les jeunes conducteurs. Au-dessus de cette limite, c’est directement une perte de 6 points et donc du permis probatoire, si long et coûteux à obtenir.