En France, la circulation au volant d’un véhicule immatriculé, auto, moto, est conditionnée à la souscription d’une assurance pour couvrir les dommages corporels et matériels éventuels en cas d’accident.

Des automobilistes au pied du mur

Le fait que cette souscription soit obligatoire pousse les compagnies d’assurances à recourir à des méthodes de sélection de clients en imposant des malus dissuasifs, ou en procédant à des résiliations de contrat pures et simples. Certains consommateurs ayant des antécédents d’accidents jugés trop importants, des personnes en difficulté de paiement, ou des jeunes conducteurs, se retrouvent ainsi confrontés à des prix de cotisations largement excessifs, voire à des refus des assureurs de les couvrir.

La loi a bien prévu un organisme en charge de ces laissés-pour-compte, le Bureau Central de Tarification (BCT), dont la mission principale est d’intervenir auprès des assureurs conventionnels lorsqu’un conducteur rencontre des difficultés pour souscrire un contrat d’assurance auto. Il impose à l’assureur la mise en place d’un contrat spécifique et détermine le montant de la prime d’assurance. Simplement, la sollicitation du BCT est longue, fastidieuse et chère.

De nouvelles assurances auto et moto aux conditions plus souples

Aujourd’hui, le marché des assurances s’est ouvert à ces particuliers aux parcours individuels spécifiques en proposant des souscriptions adaptées. Assurance auto mauvais payeur, assurance auto jeunes conducteurs, tous les profils d’assurés sont désormais acceptés, avec des formules adaptées aux besoins de chacun. Le credo de ces assureurs est simple : plus de discrimination, chacun doit être en mesure de trouver une assurance de qualité à un prix juste et sans recourir au BCT.

Alors n’oubliez pas, rouler sans assurance est risqué et illégal, et les conséquences en cas d’accidents peuvent vous gâcher la vie ne courez plus ce risque !